note d’intention de l’auteur

NOTE D’INTENTION DE L’AUTEUR
Cette obsession fascinée pour la descendance, ce mal nécessaire à la survie de l’espèce, ce besoin de transmettre notre sang et nos gênes (!), en un mot ce désir d’enfant, désir banal, m’obnubile pourtant depuis des années.
Notre société, aujourd’hui, s’interroge sur ce besoin, ce désir, et les débats passionnés que suscitent PMA et GPA le montrent.
Et dans le même temps, ce désir fiche la trouille, car lorsqu’on s’estime peu, on peut estimer n’avoir rien à transmettre, quand on voit l’état de notre planète, on peut craindre d’y planter une nouvelle graine qui aura du mal à pousser.

J’ai imaginé ce trio d’amis, en colocation. Une fille, deux garçons. Des désirs assouvis ou non. Et puis cette idée qui germe… avoir un enfant. Une mère, deux pères. De la théorie à la pratique… le poids du regard des autres, le poids des convenances… Mais surtout, le déséquilibre sentimental qui s’installe, compose, fluctue…

Un prologue les montre aujourd’hui, avec leurs plaies et leurs souvenirs.
Et puis… Unir. Désir. Désunir. Trois mots liés sur le papier. Et pourtant, trois mots qui s’annulent. Trois mots, trois parties pour relater leur histoire, dix ans plus tôt. L’histoire de ce trio alors insouciant à l’heure des décisions, des joies et des angoisses. Ce trio face aux responsabilités qu’imposerait un enfant. Face à une décision fondatrice de leur vie en commun, de leur avenir…

Ce sont ces petits moments intimes qui m’intéressent. Ces moments intimes qui, bien malgré eux, risquent de déborder sur les débats sociétaux actuels.
Ces moments intimes qui laissent transpirer les émotions, la sensualité et les sentiments.

Ch. Maniguet, mars 2015.