Bulletin n°20

Voilà, c’est fini…

Ce fut une belle aventure, « L’enfant des promesses oubliées »…

Même si cette aventure a fini en sucette, pour cause des attentats que vous savez, et que la dernière n’a pas été jouée, ce fut une belle aventure… Et désolé pour ceux qui s’étaient réservés pour cette dernière, les amis venus de loin, les amies chanteuses, les ami(e)s comédien(ne)s, les inconnus, les supporters, la famille… désolé de n’avoir pu vous embarquer avec nous, c’est dommage mais c’est ainsi…

Peut-être y aura-t-il d’autres dates, d’autres contrées qui voudront nous accueillir… nous vous tiendrons au courant bien sûr, via ce site, via la page facebook et le compte twitter… vous ne pourrez pas y échapper !… 😉

Alors, bien sûr, quand une aventure se termine, il y a des remerciements…

Et en tout premier lieu, ceux-ci vont vers le public qui nous a soutenu et nous a fait des retours encourageants, émouvants, touchants… merci beaucoup à vous tous… merci pour les efforts parfois surprenants que vous avez été prêts à faire pour nous accompagner…

un immense merci aux comédiens qui se sont investis sur ce projet en croyant à ce texte d’un auteur inconnu et qui ont porté les voix de Bérénice, Bruno et Thomas du papier à la scène… Merci Clémence, Vincent et Matila…

pour le décor, un grand merci à Vincent Fusier pour la transparence de ses créations, ainsi qu’à Benjamin Berthet pour la vidéo et la réactivité (et pour les rôles qu’il me propose dans ses films)…

un très grand merci aux financeurs qui ont permis que ce spectacle existe, le Département de Haute-Saône et son président Yves Krattinger, le Conseil Régional de Franche-Comté, la Spedidam… et un merci tout spécial à la société PRIME, un des derniers fabricants de fèves en France, et à son représentant Florian Schoumer qui m’a suivi sans sourciller depuis le début, fournissant argent, fèves et couronnes… ainsi qu’aux frères Kayser, des boulangeries Eric Kayser qui ont cuit une galette pour chaque soir de représentation spécialement pour nous, c’est beau l’amitié…

un merci tout particulier à mon éditeur, Philippe, et Julie, pour leur accompagnement et pour donner vie et réalité à mon texte…

sans oublier bien sûr le théâtre Les Déchargeurs qui nous a accueilli pour une résidence de création et pour toutes les représentations, Ludovic Michel sans qui ce texte serait mort-né, Lee Fou Messica et toute l’équipe du théâtre avec un merci tout spécial aux régisseu(r)ses Eugénie et Leslie, et surtout à Aron pour ses retours émouvants…

et un merci encore plus spécial à mon cousin Jean-Jacques pour sa contribution involontaire au texte, son accompagnement intellectuel, mais aussi pour m’avoir nourri les jours où je n’en pouvais plus et pour toutes ces petites attention qui font le sel de la vie… et que ses gars dans la cuisine partagent généreusement, qu’ils soient aussi remerciés ici…

enfin merci à ma famille pour leur soutien et leur patience, et leurs encouragements…

nous vous saluons bien bas,

et vous disons à très bientôt

instagramarylou5

Les commentaires sont fermés.